06/03/2007

 

« Quand ton voisin souffre d’un point de côté, sa douleur ne t’empêche pas de trouver le sommeil » nous dit Joseph Ndawiye. Ce proverbe africain qu’il a tenté de traduire exorciserait-il la culpabilité engendrée par le sentiment d’impuissance ?

Son témoignage, ce matin sur les antennes de la RTBF, transpire ce sentiment d’impuissance que nous ressentons lorsque les images défilent des 4 coins du globe.

Ce sentiment d’impuissance, l’auteur de "la promesse faite à ma sœur", le ressent quand il voit la télé, écoute la radio, entend les nouvelles en direct du génocide que subit son pays, sa famille alors qu’il vit en Belgique. « Ils sont en train de souffrir et je suis là en Belgique »

10 ans après les évènements, il retourne au pays, recherche des personnes et des lieux connus mais, ce n’est plus le même pays ! C’est un pays et des gens transformés par une souffrance indescriptible. Son neveu lui dit « ce qu’on a vécu, tu ne le connais pas » et l’homme est déchiré à la vision de sa famille massacrée.

Les histoires se racontent oralement en Afrique, elles s’écrivent peu et l’exilé retrouve à travers les mots de son père mort avant le génocide, ses proches, ceux qui sont maintenant du côté de l’invisible et ceux qu’il retrouve bien vivant.

La parole rassurante du père serait-elle la porte ouverte vers le chemin du retour à la splendeur des paysages des lacs et des collines ?

« Il faudra des générations de bonne volonté de la part des frères et sœurs rwandais pour pouvoir avancer»

Ces propos me rappellent le roman de Bernard Tirtiaux « Pitié pour le mal » Il raconte aussi la fin d’une « meurtrière » et le retour au pays… c’était en 1945.

Je relis une phrase d’Amin Maalouf dans son livre les identités meurtrières : « Ceux qui pourront assumer pleinement leur diversité serviront de relais entre les diverses communautés, les diverses cultures et joueront en quelque sorte le rôle de ciment au sein des sociétés où ils vivent »

Joseph Ndawiye m’apparaît comme un de ces relais. Il avait commencé son interview en se définissant belgo rwandais.

                                                        Françoise Michel

23:17 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Avis des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.