31/05/2007

La promesse faite à ma soeur à Enghien

Chers amis

Je vous donne rendez-vous ce dimanche 03/06/2007 à 15h au salon de dégustation de thé et de café du commerce équitable "La case bois chéri". Je vous présenterai  mon premier roman "La promesse faite à ma soeur".

Adresse du jour:

La case bois chéri (chez Nathalie et Donat Sham)

8, rue de Bruxelles

7850 Enghien

Tél. 02 3955707

J'espère que vous serez nombreux à vous joindre à nous pour ce moment de convivialité.

Bien à vous

Joseph

 

 

 

08:49 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

27/05/2007

"solidarite protestante" - bulletin n°41

Rwanda : un livre que j'ai aimé.

Jean retourne vers son pays, son Rwanda natal dont il est parti, voici dix neuf ans pour suivre des études en Belgique. Le Pays des Mille collines, il connaît, c'est toute son enfance, sa jeunesse, la famille, l'école, le foot, les copains.... Tout juste arrivé à Kigali, les souvenirs lui sautent à la mémoire. Les collines sont là avec leur doux vallonnement et leur merveilleuse odeur, la ville autour de l'aéroport et son animation, la luminosité du ciel, les odeurs des brochettes de chèvre saupoudrées de pili-pili, les sourires des jeunes filles et leur si joli port de tête... mais en même temps tout est différent. Personne ne l'attend à l'aéroport, les quartiers ont changé, les arbres ont grandi, des maisons ont disparu. La réserve habituelle des gens est encore plus grande au-delà du premier abord toujours chaleureux. Pas de visage connu. Ses amis ne sont plus là.

Il y a eu le génocide et son cortège d'horreur.

Jean se réjouit de revoir sa mère. Son père, inspecteur des écoles, est mort peu avant la chute de l'avion du Président qui a déclenché les massacres. Autrefois il y avait les grand'mères maternelles, les parents et la fratrie ; une grande soeur, Antoinette, Jean et son frère jumeau Thomas. Mais les autres que sont-ils devenus ? Comme Jean ils s'étaient mariés, avaient des enfants... Et Jean voudrait savoir et surtout retrouver son jumeau disparu, ce Thomas qui était son double et qui lui manque depuis que très jeunes les parents les ont séparés, l'envoyant lui, Jean, dans l'Urugo de sa grand'mère maternelle...

Et c'est toute son enfance qui lui revient en mémoire : les courses folles quand il escaladait pieds nus les chemins caillouteux des collines, quand il passait auprès de ce pont plein de mystères qui enjambait la rivière rougie par les pluies dévalant et ravinant les collines ... C'est l'odeur du pain frais dans la maison paternelle près de la mission hollandaise et le goût de la bouillie de sorgho de la grand'mère qui lui menait la vie dure. Dure non? celle des enfants du Rwanda à l'époque et peut-être encore maintenant : aller chercher l'eau juste avant le lever du soleil et parfois y retourner selon les besoins, aller mener les belles vaches brunes aux longues cornes recourbées dans les pâtures ... et puis l'école , le matin ou l'après-midi ...

Après une première nuit mélancolique dans une maison amie dont les propriétaires sont absents, il se met en route pour le village de sa mère. Pendant cette longue absence, le jeune homme est devenu un homme : il vit en Belgique, il est marié à une Européenne et ils ont deux enfants. La rencontre est pudique, réservée mais l'auteur nous en fait ressentir toute la chaleur et l'émotion. Bien des choses n'ont pas été dites. Elles le seront peu à peu : qu'est devenu Thomas ? Surtout qu'a-t-il fait ? réellement fait ? De quoi est-il accusé ? ....

Et peu à peu les pas de Jean iront à la recherche de Thomas. Et la question est encore plus lancinante : pourquoi Thomas? Quelques jours plus tard il part équipé d'un lourd 4x4 et d'un colis de chauds vêtements préparé par leur mère. Il ne fait pas chaud là haut sur les collines dès que le soleil a disparu à l'horizon.

Peu à peu l'angoisse, la pluie et le froid le saisissent. Il n'est plus certain de tenir debout. Comment va être la rencontre ? Reconnaîtra-t-il son jumeau parmi tous ces hommes habillés de rose ? .. Le gardien l'identifie tout de suite, les deux frères se ressemblent tant. Justement Thomas franchit le seuil : '' nous avons sauté dans les bras l'un de l'autre. les différents scénarios que j'avais imaginés pour nos retrouvailles s'envolèrent en fumée. Les deux choses qui sortirent de nos bouches furent nos prénoms.... Nous n'arrivions plus à nous lâcher Puis nous nous sommes mis à pleurer. Nos pleurs silencieux et abondants parlaient pour nous .''

Mais des mots il y en aura encore, et des questions.... Dans un dernier dialogue avec ceux qui sont partis, il entendra les reproches de sa soeur : '' toi qui veut tout savoir, tout comprendre, où étais-tu ? Pourquoi n'es-tu pas revenu ? '' Avec ses deux fils, elle lui demande des comptes : '' en Europe vous étiez informés.... tu savais... ''. Et elle ajoutera : '' J'espère que tu fais ton possible pour que ce qui s'est passé ne se reproduise plus...''

Avant de repartir vers sa famille, il ira avec sa mère nettoyer les tombes de ceux qui ont trouvé une sépulture...

Il repartira en Europe avec cette promesse.

Elle nous atteint aussi.

J. Somer Gotteland

 

http://corporate.skynet.be/solidarite-protestante-belgique

17:53 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2007

La promesse faite à ma soeur sur "Air Libre"

Chers tous

 

Je vous donne rendez-vous ce mardi 29 mai à 12h05 sur les ondes de la radio Air Libre dans un interview qui sera réalisé par monsieur Abel.

La fréquence de la radio est  de 87.7 FM

 

A très bientôt

 

Joseph

 

 

21:09 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Rendez-vous sur les ondes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2007

presentation du livre à Saint-luc bruxelles

shiodhbhra1

 

 

shiodhbhra2

shiodhbhra3

 

11:08 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Manifestations littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2007

Rencontre de Marchienne-au-pont 21 avril 2007

L'auteur répond aux nombreuses questions posées par les participants

ndwa1

 

ndwa2
 

Voici "La promesse faite à ma soeur" vue par les enfants
CIMG2773
 

CIMG2786
 

CIMG2787
 

CIMG2788
 

CIMG2790
 

CIMG2792
 

CIMG2793
 

CIMG2794

15:58 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/05/2007

 

Bonjour à vous, Joseph !


Je suis l'amie de Véro; je suis heureuse de vous lire avec tous ces projets qui vous font connaître, vous et votre livre. ET votre message, surtout.

J'ai beaucoup aimé entrer à nouveau en contact avec l'Afrique, à-travers vos mots; j'y ai retrouvé la chaleur et les sourires d'accueil de là-bas (suis allée 2 x au Sénégal, 15 jours en brousse); j'ai revu, notamment avec ce qui dépeint votre maman, les "mamas" et ce que sont leurs priorités, leurs croyances, aussi.

Cela me faisait sourire, et a réjoui mon coeur.

Tous les contacts que vous dépeignez, avec les personnes telles qu'elles sont après le drame du pays, et leur drame à eux, est d'une grande finesse; juste les mots qu'il faut pour décrire mais jamais accentuer l'émotionnel, ce qui rend le message apte à être capté... même par ceux qui ne veulent pas trop entendre parler de ce qui fut si affreux et inhumain.

J'ai super apprécié que vous parliez -en détails- des esprits de la famille qui viennent vous visiter; qu'enfin les européens  rationnels, "entendent" qu'il y a un monde invisible, tout aussi important que le visible (je le crois, moi,  plus important!) .

Enfin, ce héros, Jean, il est si pleinement humain dans ses réactions, ses doutes, sa désespérance d'être loin et inactif en Belgique, impuissant !
IL est dans ses émotions, là, au Pays, et cela peut perturber sa quête, ses démarches, tout est super bien relaté (j'ai entendu des gens qui s'étonnaient que les émotions se sentent si fort dans le corps, mais c'est si vrai!) .

J'aime qu'avec votre livre se dessine un profil des humains de toutes les couleurs, avec leur violence et leur atrocités, quand ils ne sont plus dans leur coeur, dans leur centre.
J'apprécie que se "sente" que cela peut arriver à tous d'être "fanatisé" par des croyances ou des PEURS, et que cela amène à des gestes et actions en-dehors de l'imaginable.

Ces messages peuvent amener des tas de pistes de réflexion pour tous les âges, des discussions aussi et, pour ceux qui ne font pas de cheminement intérieur,  une espèce de motivation à se remettre en question .
Du genre: "suis -je en paix, moi, à l'intérieur de moi? et avec tous tous mes proches? "

Enfin, le fait que vous décriviez cette culpabilité énorme de celui qui est loin du Rwanda, qui sait et n'en peut plus de savoir, traîne ses émotions d'année en année, avant de voir l'éclaircie, c'est chouette; c'est DIRE combien tout est vécu dans le coeur, à distance ou près, pas d'importance, cela EST .
C'est montrer à ceux qui n'imaginent pas, mais peuvent alors faire le lien avec leurs propres deuils.
Quand il y a un accident, on les entend : "j'aurais dû faire ça, j'aurais pas dû......."

Beau travail d'écriture et, je le devine, "belle" façon pour vous d'émerger, et sans nul doute pour moi, de donner à la vie vos dons et talents, pour faire évoluer la conscience.

Je vous lis, sporadiquement, avec tous ces contacts et invitations, avec le réseau de la communication: vous vous rendez compte que cela dépasse -sûrement - vos espérances ! 
Je crois, et je suis émue quand je l'écris, je frissonne,(et je pleure) que vous donnez à votre papa, ce qu'il vous demandait.
Vous avez peut-être attendu... mais ce que vous apportez au pays, maintenant, a une immense valeur!
MERCI POUR CELA

Car vous êtes moi, je suis vous, nous sommes tous reliés, n'est-ce pas?

Je vous fais des bisous chaleureux, car même si nous ne nous sommes pas encore rencontrés, nous sommes frères.  

                                                     Christiane Schmits



10:07 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Avis des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2007

Un "Tête à tête" avec Alfonza Salamone

Ce mardi 08 mai de 14h à 15h, je serai l'invité d'Alfonza Salamone dans son émission "Tete à tête" sur la RTBF Radio (La première). J'y présenterai mon premier roman" la promesse faite à ma soeur".

A bientôt.

Joseph 

23:44 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Rendez-vous sur les ondes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

"La promesse faite à ma soeur "sur RFI

Le jeudi 10 mai de 14h40 à 15h, je présenterai mon roman sur RFI (Radio France Internationale) dans l'émission" Signes particuliers" de Pierre-Edouard Deldique.

Cette émission sera rediffusée le même jour de 17h40 à 18h, puis de 19h40 à 20h ainsi que  le lendemain, de 01h10 à 01h30.

 

Amitiés à tous

 

Joseph

23:34 Écrit par Joseph NDWANIYE dans Rendez-vous sur les ondes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |